Festival : Grande manifestation musicale / Démonstration remarquable.

Définitions proposées par les Dictionnaires Le Robert

calendrier lw 2021 - JUIN

Couv. éditions spécial festival.jpg

©Moe Bully. | Graphiste - Photographe | Compositing by Moe Bully

Un festival, c'est un événement artistique et culturel annuel ou ponctuel,

qui peut durer plusieurs jours et surtout plusieurs nuits !

Lors de ces manifestations, différent·e·s artistes ou intervenant·e·s

présentent leurs œuvres ou leurs savoir-faire

dans une programmation sur thématique définie par les organisateur·trice·s.

 

Alors peut-on simplement résumer un festival en quelques lignes ? 

Pour cette édition spéciale rédigée sous forme d’hommage aux festivals

qui nous font vibrer en tant que spectateur·trice·s.

et nous font vivre en tant que travailleur·euse·s. du spectacle vivant,

LW se penche sur ce sujet afin de l’explorer plus en détails.

 

Son histoire, les grands noms qui ont marqué les époques

et ses évolutions d’hier à aujourd’hui, son impact économique et social

mais aussi les nouvelles perspectives qui s'ouvrent à nous

en matière de solidarité et d'éco-responsabilité.

 

L’émulsion culturelle en permanente évolution

diffusée lors de ces évènements oniriques,

sont un véritable tourbillon d’émotions sensationnelles

nous entraînent dans tous les univers

possibles et inimaginables !

 

Avec 85% des événements annulés l’année dernière,

quelle joie de se dire que nous allons pouvoir retourner

fouler les pelouses de nos festivals préférés sur un son endiablé ! 

 

Mais dans quelles conditions ? Sous quel format ? 

édito.png

Les législations de cet été évoluent et dépendent de la crise sanitaire, voici ce que nous avons relevé pour le moment :

 

- Depuis le 09/06/2021 : passage à une jauge de 65 % du plafond de jauge sécurité incendie en configuration assise pour les lieux culturels et reprise des festivals avec une jauge maximale de 5 000 personnes par site et par spectacle, avec distanciation en configuration assise.             

 

- A partir du 1er juillet : Reprise des festivals de plein air en configuration debout selon une jauge de 4 m2 par festivalier, dans une limite définie par le Préfet en fonction des circonstances locales. Ce calendrier indicatif s’entend sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire sur le territoire concerné et du phasage retenu pour la réouverture des lieux culturels.                                  

 

S’agissant de la restauration dans les festivals, elle sera possible dans le respect du protocole sanitaire qui s'applique à l’ensemble des établissements de restauration. La consommation à table ou dans des espaces avec distanciation physique sera autorisée.

https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Normandie/Actualites/Lettre-d-information-Covid-19

 

La carte des festivals confirmés pour l'été 2021 :

Cette carte met en lumière les événements qui à ce jour ont confirmé leur tenue.

De mai à septembre, retrouvez les festivals qui seront organisés en France cet été.

https://www.touslesfestivals.com/actualites/carte-les-festivals-qui-auront-bien-lieu-a-lete-2021-200421

feuille de route de l'ÉTÉ 

MC3.Maë.png
Story festoch.png
Story festoch.png
MC2.Maë.png

Quelles sont les origines de ce phénomène culturel incontournable qui peine à perdurer en cette période de crise ? 

 

Quels sont les enjeux économiques et sociaux liés à ces festivités ?

"  Non au régime G., 

          Oui à la culture G.! "

Partie 1 Point G.png

 

Dès le XVIIIe siècle, de nombreux événements ressemblent à des festivals sans en porter le nom.

 

 

 

« Présentation des récompenses aux participants du Festival 1829 » - Adolph-von-Menzel

https://fr.wahooart.com/@@/8LHQ24-Adolph-Menzel-Pr%C3%A9sentation-des-r%C3%A9compenses-aux-participants-du-Festival.-1829

 

Le mot « Festival » apparaît dans le nord de la France en 1829, et pour la petite anecdote,

le régime d’intermittent du spectacle est créé en France 97 ans plus tard, en 1936. 

 

Les premiers festivals début du dix-neuvième siècle proposent des concerts de musique savante

(populaire et traditionnelle) liés au mouvement orphéonique, ou se produisent chorale ou instrument fixe à cordes et à clavier.

 

Ce sont des fêtes musicales populaires à vocation charitable et politique,

qui progressivement s’annualisent, se laïcisent et s’ouvrent par la suite à tous les domaines.

« Les Festspielen germaniques, les orphéonistes britanniques et en France,

le Théâtre du peuple de Bussan créé par Maurice Pottecher dans les Vosges.

La forme du festival s’est inventée, avec ses modèles, ses contre modèles, et bientôt ses rivalités, ses acteurs centraux et ses marginaux. »

 

(France Culture - 09/10/2020 / Le journal de l’Histoire par Anaïs Kien : L'histoire des festivals ou l'invention de l'utopie festive) 

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-lhistoire/le-journal-de-lhistoire-du-vendredi-09-octobre-2020 

Le premier festival international eut lieu en 1876 à Bayreuth en Allemagne, et à l’initiative de Richard Wagner.

« Albert Savignac écrit en 1897 :« On va à Bayreuth comme on veut, à pied, à cheval, en voiture, à bicyclette, en chemin de fer et le vrai pèlerin devrait y aller à genoux », une dévotion sans limite, parce que le festival invente une manifestation néo-religieuse avec ses héros vénérables au siècle de la déchristianisation, un nouveau culte culturel, avec ses rituels, ses frites molles, ses héros et ses héroïnes. La Révolution française s’était bien essayée à faire de la fête un mode de gouvernement mais avec un succès mitigé, difficile de continuer à faire tourner les serviettes quand toutes les monarchies voisines vous tombent dessus armées jusqu’aux dents. »

 

(France Culture - 09/10/2020 / Le journal de l’Histoire par Anaïs Kien : L'histoire des festivals ou l'invention de l'utopie festive)  

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-lhistoire/le-journal-de-lhistoire-du-vendredi-09-octobre-2020 

Dans le sud de la France, la bonne société se déplace pour assister aux festivités proposées par des mécènes en accord avec les édiles des villes.

 

Le festival des arènes de Béziers marque son époque, avec la création de spectacles grandioses

qui fusionnent les formations musicales savantes de type orphéon avec la musique populaire de type orchestres d’harmonie. 

 

Pensée pour le peuple, la forme festivalière est moderne par essence.

Son développement s’inscrit dans un mouvement de substitution de l’art à la religion traditionnelle.

Son évolution témoigne de l’inscription progressive de la souveraineté populaire dans l’espace public.

Son augmentation quantitative, sa diversification disciplinaire

mais aussi son extension topographique et temporelle, signalent le succès de la forme festivalière.

 

 

L'heure est aux festivités jusqu’à la première guerre mondiale… qui va modifier la notion et conception de Festival

pour en faire un espace promotionnel idéologique et politique.

La fête de l’Humanité créée en 1930 à Bezons par Marcel Cachin, directeur de L'Humanité.

C'est à l'origine une fête politique où le Parti communiste français et les organisations politiques qu'il invite sont fortement représentés.

Outre les activités politiques, la Fête comprend de nombreuses activités culturelles,

commerciales et de divertissement (son édition 2010 a attiré environ 600 000 visiteurs).

https://www.retronews.fr/histoire-de-la-presse/echo-de-presse/2019/08/22/la-premiere-fete-de-lhuma

Entre les deux guerres mondiales, le gouvernement français met en place le festival de Cannes afin de concurrencer la Mostra de Venise.

La Cinémathèque française

Affiche du premier Festival international du film de Cannes, 1946 - La Cinémathèque française

https://www.cinematheque.fr/objet/851.html

Cannes 1939, la toute première édition du festival international du film annulée pour cause de guerre mondiale, se déroula 80 ans après,

du 12 au 17 novembre 2019 à Orléans, en hommage à Jean Zay, l'un de ses principaux promoteurs.

https://www.lepoint.fr/cinema/annule-en-1939-le-premier-festival-de-cannes-aura-lieu-80-ans-plus-tard-03-04-2019-2305591_35.php 

 

C’est après la deuxième guerre mondiale que le phénomène devient planétaire, Cannes, Locarno, Edimbourg, Chambéry, Deauville, …

fini la guerre, place à la paix, aux célébrations artistiques et culturelles.

Ces rassemblements sont aussi l’occasion de faire émerger des cultures illégitimes qui développent des espaces alternatifs et s’implantent durablement comme le cinéma, le livre et la BD.

« Chaque édition se doit d’avoir sa particularité, ses séquences mémorables, ses performances exceptionnelles, ses débats, ses scandales ou ces intoxications alimentaires, et ses rencontres artistiques inédites et non reproductibles. »

 

(France Culture - 09/10/2020 / Le journal de l’Histoire par Anaïs Kien : L'histoire des festivals ou l'invention de l'utopie festive) 

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-lhistoire/le-journal-de-lhistoire-du-vendredi-09-octobre-2020 

Car, outre sa fonction sociale “d’espace-temps d’identification d’un groupe”, le festival démontre une efficacité dans le champ artistique qui contribue à la légitimation d’arts considérés comme mineurs (processus d’artification).

 

Les guerres mondiales ont changé les mentalités. Les festivals associent l'échange artistique à la promotion de la paix.

 

Les festivals de musique populaire moderne sont des festivals de jazz puis de chanson comme le Festival de Sanremo créé en 1951,

qui inspira le Concours Eurovision de la chanson dont la première édition fut réalisée le 24 mai 1956.

 

https://www.eurovision-france.fr/eurovision-1956/

La prolifération festivalière d’après 1945 fut soumise à des enjeux politiques d’envergure variable,

voire des oppositions idéologiques d’une époque.

 

Les festivals cinématographiques internationaux de 

1940 à 1950 en Europe amplifient les échanges culturels entre l’Est et l’Ouest.

 

De la paix par la culture à la crispation de la guerre froide, on sent l’influence d’un contexte politique paradoxal

qui fait évoluer l’inspiration des festivals.

 

L’emboîtement et l’interaction spatiale entre l’Europe, les États unis et l’URSS sont clairement apparus.

Adolph-von-Menzel-Presentation-of-Rewards-to-the-Participants-of-the-Festival.-1829.jpg
1_-fetedelhuma.jpg
Cannes1.png
r,725,600,1-adc8ba.jpg
EuroVision 1956.png

La suite de l'Histoire le mois prochain ...

Des économistes, des sociologues puis enfin des historiens ont mené une étude monographique d’un événement ou des échantillons constitués selon des critères géographiques ou de typologie artistique.

 

Novembre 2011 en région parisienne, un colloque international « Pour une histoire des festivals (XIXe-XXIe siècles) » fut initiée par le Centre d’Histoire sociale du XXe siècle (Université Paris 1) et le Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines (Institut d’études culturelles – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Le comité d’organisation de cette colloque avait pour originalité première d’être exclusivement féminin (Anaïs Fléchet, Pascale Goetschel, Caroline Moine, Julie Verlaine).

 

Le but de ce rassemblement était de dresser un panorama qui favorise les articulations temporelles et passerelles disciplinaires. 

 

« L’obligation permanente du festival de faire s’accommoder entre elles des rationalités différentes, économique, artistique, politique et culturelle » (Jacques Cheyronnaud, dans Emmanuel Ethis [dir.], Aux marches du Palais : le festival de Cannes sous le regard des sciences sociales, Paris, Documentation française, 2001, p. 37).

 

Au-delà d’un lieu de passage contribuant à la valorisation symbolique des objets culturels, le festival constitue un « espace révélateur »

(Antoine de Baecque, Emmanuelle Loyer, Histoire du festival d’Avignon, Paris, Gallimard, 2007, p. 10).

 

 - SOURCES :

Pascal Ory / Histoire de l’invention du festival 

https://journals.openedition.org/1895/4478

 

Anaïs Fléchet, Pascale Goetschel, Patricia Hidiroglou, Sophie Jacotot, Caroline Moine, Julie Verlaine,

Une histoire des festivals - XXe-XXIe siècle, Éditions de la Sorbonne, 2013. 

MC4.Maë.png
182288616_320447306096386_3668076511489188600_n.png
Mode d'emploo.png

Organisé dans un but lucratif ou caritatif, le festival est un événement qui se veut convivial, festif, mais aussi informatif. Sa conception est un véritable défi. 

 

Il est nécessaire de suivre plusieurs étapes essentielles pour son organisation : 

objectifs, thématiques, choix du lieu, communication, billetterie, définition du budget, recherche de financement, line up, choisir des professionnel·lle·s du métier … Ce n’est pas une logistique de tout repos, elle demande des mois de travail en amont!

 

Pour garantir sa réussite, plusieurs points capitaux doivent être pris en compte lors des préparatifs.

 

Il faut impérativement respecter un certain nombre d’obligations légales comme souscrire à une assurance ou encore remplir des formalités administratives et déclaratives auprès des autorités compétentes. Anticiper la gestion des membres, des équipes et des bénévoles avant et pendant la manifestation.

Par ailleurs, d’autres démarches administratives spécifiques sont à prévoir comme la mise en place d’une buvette, la diffusion de musique… et les obligations en matière de sécurité et d'assurance.

 

  • Le thème, il est primordial de déterminer la thématique de l'événement. Cela permet de rallier éventuellement des partenaires au projet. Le thème dépend avant tout des attentes et des objectifs de la manifestation et du public visé. La durée ainsi que le ou les domaine(s) qu’il va couvrir vont aider dans la définition de ce dernier : Festival de musique, de danse, de cinéma, de théâtre, du cassoulet… Tout est possible ! Le thème peut en outre permettre de définir son nom (Hellfest, Fête de l’Huma, Solidays, Festival de Cannes…) 

À noter que le nom de cette manifestation culturelle peut faire l’objet d’une protection via un dépôt de marque auprès de l’INPI.

  • Le cadre dans lequel se tiendra le festival est un élément primordial. Il doit répondre aux installations que nécessite la manifestation. De même, la capacité du lieu doit être proportionnelle au nombre de festivalier·ère·s attendu·e·s, en intérieur comme en extérieur. 

  • Les intervenant·e·s (artistes, spécialistes, technicien·ne·s etc.), seront sélectionné·e·s selon le thème et le budget. Les “têtes d’affiches” nécessitent des moyens financiers et un réseau professionnel établi. Faire appel à des artistes amateur·trice·s est une alternative intéressante pour les petits budgets.

Attention ! Pour les artistes rémunéré·e·s ou bénévoles, il faut absolument conclure un contrat d’engagement.

  • La programmation représente à coup sûr le fil conducteur qui assure son bon déroulement. Un programme bien orchestré est d’ailleurs, le secret de son succès. Bien évidemment, il doit prendre en considération les contraintes techniques et les cachets des artistes disponibles, et prévoir un plan B en cas d’imprévu.                                                            

  • Le budget est un élément clé qui peut importe l’ampleur et la fréquentation attendue pour le festival, doit être défini avec précision. Le budget prévisionnel donne la possibilité d’un aperçu des dépenses (location de salle ou de terrain, logistique, rémunération des intervenant·e·s, location du matériel…) et des recettes (location de stand, billetterie, vente d’espaces publicitaires, bar…). 

  • Il permet d’estimer la possibilité de réalisation du projet. Il détermine les besoins en matière de partenaires financiers. Il faut alors mettre en place un dossier de présentation à leur destination. Sponsoring, mécénat, subventions des collectivités locales, direction régionale des affaires culturelles (DRAC), institutions publiques, diverses sources de financement sont possibles.

  • La sécurité doit être impérativement assurée par les organisateur·trice·s qui doivent prendre toutes les mesures pour limiter les risques d’accidents.Tout doit être mis en œuvre pour faire respecter les règles de sécurité en vigueur, pour les festivalier·ère·s mais aussi pour l’ensemble des membres qui composent le staff et d’un point de vue techniques (incendies, électrocution, sortie de secours, équipe de sécurité et de secours comme par exemple la Croix Rouge…).

  • Les autorisations sont une étape indispensable pour officialiser le festival.

- Si votre évènement rassemble plus de 1 500 personnes, il faut transmettre une demande d’autorisation à l’autorité compétente au moins un mois (et 1 an au plus) avant le festival.

- Certaines autorisations supplémentaires sont à demander. L’installation d’une buvette/bar nécessite une licence ou une demande en mairie de débit de boissons, effectuée au minimum 15 jours avant la date prévue. Sans oublier la réglementation en matière d’affichage, d’étalage, d’hygiène et de sécurité à ne pas négliger.

- La diffusion ou l’interprétation d’œuvres musicales lors de l'événement, doivent être déclarées à la SACEM, sans oublier le paiement et/ou l’autorisation des droits de diffusion. 

- La mise en place d’un chapiteau sur les lieux doit être déclarée préalablement. Cette déclaration précise le lieu, la date et les horaires de déroulement du festival, mais aussi la capacité d’accueil (la jauge) et les caractéristiques techniques du chapiteau.

  • Assurer le festival afin d’être couvert au sujet des responsabilités civiles tout en évaluant la dimension humaine et matérielle est un point capital. Il faut prévoir des garanties qui couvrent notamment les annulations, grèves, intempéries, pannes ou casses du matériel de la prestation… À définir selon les besoins.

 

  • La communication est une étape cruciale pour garantir la réussite du festival. Il faut promouvoir efficacement et gagner en visibilité. Il existe différentes options :

  • Les supports de communication : presse papier et web, radio, affiches, flyers, plaquettes, banderoles, prospectus, etc.

  • Les réseaux sociaux et les canaux de communication en ligne (Facebook, Twitter, TikTok, Instagram, site internet, newsletters, campagnes emailing…).

Il est essentiel d’y indiquer les informations utiles. À savoir :

  • Le nom du festival et l’organisation

  • l’identité visuelle et la charte graphique qui illustre l’événement

  • L’adresse et les coordonnées de l’organisme porteur (numéro de téléphone et mail)

  • Le lieu, la date et les horaires de début et de fin de la manifestation

  • Le prix d’entrée

  • La présentation et le programme du festival

  • La liste des intervenant·e·s (artistes, performers…)

  • Les partenaires et les mécènes

  • La billetterie est la phase qui suit pour officialiser le festival. Deux dispositifs sont à mettre en place pour assurer la distribution des places :

  - Vente de billet en ligne (permet d’éviter les files d’attente, de jauger en temps réel le succès en amont et renforcer au besoin la communication).

  - Vente de billet sur placeLa logistique d’un point de vue humain et matériel est la phase finale avant de lancer le montage du festival. Il faut estimer le matériel nécessaire pour l’événement et pour le public (scènes, backstage, déco, accueil public, parking, sanitaires, camping…).

https://www.helloasso.com/blog/organisation-dun-festival-comment-faire/

Capture d’écran 2020-12-28 à 17.34.29.
Cartouche Fly.png

Leatherwomen Prod.

01/01/21

31/12/21

Édition Spéciale Festival 
Calendrier LW 2021
Rdv en Juillet pour la suite ;)

Aventure artistique à dimension humaine. 

 

L’instant unique et magique du présent de ces concerts et performances inoubliables, des prestations spectaculaires aux ambiances de folies, des fous rires et moments partagés entre ami·e·s, avec des inconnu·e·s et avec les intervenant·e·s et technicien·ne·s !

 

Défendre des causes honorables mais aussi le plaisir de travailler sur ces événements en plein soleil, sous la pluie, jours et nuits pour que ces instants existent.

 

Pour ceux·celles qui s’y rendent, c’est une autre manière de se laisser emporter et séduire par le spectacle présent partout, sur scène ou dans la rue. L’extraordinaire advient dans les prestations virtuoses mais aussi dans l’application des spectateur·trice·s à devenir les coproducteurs de l’évènement. C’est cette communauté qui fait surgir la fête, l’incarnation d’une utopie, le temps d’un week-end ou d’une semaine.

End.png
MC Maë.png
Show must go on.png